Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 mai 2012

Reprise de "On ne Badine pas avec l'amour" au Théâtre Ephémère de la Comédie-Française

Une distribution modifiée pour les deux principaux rôles féminins : voilà l'excuse toute trouvée (mais en même temps, en fallait-il vraiment une ?) pour retourner voir Badine pour la 3e fois.

La pièce, présentée la saison dernière au Vieux-Colombier, est reprise actuellement en Théâtre Ephémère.

Outre quelques adaptations de mise en scène rendues nécessaire par le nouveau lieu, c'est donc dans la distribution que s'opèrent principalement les changements. Ce n'est plus entre Suliane Brahim et Julie-Marie Parmentier que Perdican (Loïc Corbery) partage son coeur mais entre Françoise Gillard et Marion Malenfant.

Alors ? Alors Marion Malenfant s'en sort très bien pour ses premiers pas au Français. La toute nouvelle pensionnaire insuffle à Camille un certaine froideur et une détermination que l'on ne trouvaient pas chez Julie-Marie Parmantier, plus exaltée, la saison dernière. Je suis moins séduite par Françoise Gillard - que j'aime beaucoup par ailleurs - cependant. Suliane Brahim avait su apporter à Rosette une candeur et une naïveté que l'on ne retrouve pas ici et on le regrette un peu.

Sinon ? Et bien cela reste un spectacle géniallissime. Au bout de la 3e réprésentation, je suis toujours sous le charme, je verse à chaque fois ma petite larme sur la fameuse tirade de Perdican, je souris toujours devant le numéro de Christian Blanc en précepteur ivre. Les personnes qui m'ont accompagnées ont, elles aussi, à chaque fois été séduites.

Oui mais voilà, un problème surgit à présent : qui vais-je bien pouvoir trouver pour m'accompagner une quatrième fois?

On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset, mise en scène de Yves Beaunesne. Avec Roland Bertin, Christian Blanc, Françoise Gillard, Pierre Vial, Loïc Corbery, Danièle Lebrun et Marion Malenfant. Au Théâtre Ephémère de la Comédie-Française jusqu'au 17 juin 2012.
Réservations : 0 825 10 1680.

Commentaires

Suis je le seul à trouver qu'il y a un vrai problème d'acoustique dans ce charmant théatre éphémère?

Écrit par : Christophe | 11 mai 2012

Je n'ai pour l'instant pas constaté cela mais, comme je prends en général mes billets très en avance et en première catégorie, j'ai toujours été assez près de la scène. Où étiez-vous dans la salle ?

Écrit par : Audrey | 13 mai 2012

en 2ème catégorie
donc dans la 2° moitié haute de la salle.
Et plusieurs personnes ont fait la réflexion...

Écrit par : Christophe | 14 mai 2012

Mon article devrait arriver bientôt. En tout cas, j'ai trouvé la distribution sans fausse note. C'est la mise en scène qui m'a plus gênée. Je ne suis pas d'accord avec la vision de Perdican, qui apparaît comme un jeune homme vulgaire. En revanche, esthétiquement, c'est très beau, particulièrement les jeux de lumière sur les draps, lors des passages autour de la fontaine...

Écrit par : Minyu | 16 mai 2012

J'ai eu la même impression que Christophe pour "Une puce...": j'étais à l'extrémité d'un rang
( près de la scène) et le son m'a semblé plus net lorsque j'ai pu me centrer (la salle n'étant pas pleine, il y a eu des déplacements, et j'ai pu me mettre au premier rang de face).

Écrit par : anne | 17 mai 2012

Les commentaires sont fermés.