Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 février 2012

Judith Magre : Rose épanouie à la Pépinière théâtre

rose.jpg

"Cette vie,
c'est tout ce qu'on a. "

C'est un rôle qu'on croirait écrit pour elle. Sur la scène de la Pépinière théâtre, Judith Magre est Rose, une vieille dame juive qui, au soir de sa vie, nous raconte les périples qui l'ont conduite de son petit village d'Europe de l'Est à Miami.

Lorsque la pièce s'ouvre, Judith Magre est assise sur un banc en bois. Elle fait Shiv'ah nous explique-t-elle, une tradition juive de recueillement à la mémoire d'un proche récemment décédé. Un acte de deuil qu'elle accomplit pour une enfant, tuée d'une balle. Une petite fille dont on ne découvrira l'identité que plus tard.

Durant une heure trente, la comédienne va nous conter la vie de cette grand-mère, seule en scène. La campagne ukrainienne dans les années 30, Varsovie avant la guerre, le ghetto, la survie dans les égouts durant deux années - une cachette qui permettra à Rose d'échapper aux camps - puis la chimère que fut le voyage de l'Exodus et enfin l'installation aux États-Unis.

Rose est à elle seule un morceau de l'histoire du XXème siècle. Une histoire incarnée par cette vieille dame, un peu indigne il faut bien l'avouer, qui a croqué la vie à pleines dents malgré les drames. Une vieille dame qui nous livre un message : les souffrances du passé ne peuvent en aucun cas légitimer les crimes d'aujourd'hui. Et lorsque l'on découvre pour qui Rose fait Shiv'ah, on est sans voix devant cette grandeur d'âme.

Magistrale, Judith Magre fait de Rose un personnage attachant, sans cesse entre rires et larmes, capable, du haut des années, d'avoir encore l'oeil qui frise en évoquant son premier amant. Un formidable hymne à la vie.

Rose de Martin Sherman (traduction Perrine Moran et Laurent Sillan), mise en scène Thierry Harcourt. Avec Judith Magre. Jusqu'à fin avril, du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 15h à la Pépinière Théâtre.
Réservations : 01 42 61 44 16. 

Au Théâtre de l'Ouest Parisien les 29, 30 et 31 mai à 20h30.

Commentaires

Comme je vous l'ai dit, j'ai vu cette pièce il y a quelques semaines.
J'adore Judith Magre, et depuis longtemps.
Je me suis donc régalé.
Je l'ai dévorée des yeux et des oreilles.
Elle m'a encore ébloui.
Quelle présence, quelle élégance, quelle grâce, quelle voix !
Elle est de plus en plus belle et... désirable, il faut le dire !
Du coup, n'ayant d'yeux et d'oreilles que pour elle..... j'ai eu un peu de mal avec le texte !
Et j'ai trouvé qu'il était probablement un peu trop... américain, dans son style et dans ses références.

Écrit par : Christophe | 14 février 2012

Les commentaires sont fermés.