Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 février 2012

Urbik/Orbik au Théâtre Silvia Monfort : un peu plus que du théâtre

"Bienvenue dans le théâtrographe"

90917_urbik-orbik-joris-mathieu-compagnie-haut-court-paris-15.jpgÉtrange expérience que cette pièce proposée actuellement au Théâtre Silvia Monfort. De quoi s'agit-il ? De nous parler de l'auteur américain Philip K. Dick, à la manière de Philip K. Dick. L'écrivain, qui s'est illustré dans la science fiction et dont beaucoup d'ouvrages ont inspiré le cinéma (Blade Runner, Total Recall, Minority Report), a été fortement marqué par la mort de sa soeur jumelle, alors qu'il n'était qu'un nourrisson. 

La disparition de ce double crée une interrogation récurrente chez Dick : et si tout n'était qu'illusion ? Si, en réalité, des deux jumeaux c'était lui qui était mort ?  Sa vie serait alors juste une fiction ... Une hypothèse qui nourrit ses oeuvres et qui est le point de départ de cette pièce.

Pour construire ce récit, le metteur en scène Joris Mathieu a fait appel à l'écrivain Lorris Murail. Un texte écrit pour être adapté sur scène donc, mais pas sous une forme théâtrale classique. Urbik / Orbik (un titre qui fait référence au roman Ubik de Dick mais aussi à la locution latine Urbi et Orbi) est une création qualifiée de "théâtre optique". 

C'est en cela que l'aventure est vraiment exaltante. Durant une heure, les comédiens évoluent devant nous au milieu d'illusions optiques. On les voient se dédoubler, disparaître, se transformer en hologrammes, être immergés dans des décors vidéo, léviter au milieu du cadre de scène ...

Des voix désincarnées et douces, qui nous bercent et nous hypnotisent. Elles nous content les désillusions d'un monde en péril, menacé par des carences énergétiques. Le froid gagne du terrain. Seule solution pour que la race humaine survive : la création de monde parallèles, les micromondes, dans lesquels les humains pourraient se réfugier. Mais n'est-ce pas là aussi une illusion ?

Au delà de cette intrigue qui satisfera surtout les amateurs de science-fiction (dont je ne suis pas), on appréciera la qualité du texte, la musicalité des mots, choisis avec soin. Et l'on serra aussi scotché par la performance technique, sans vraiment comprendre quel artifice se cache derrière ces effets optiques. Une expérience à tenter absolument !

Urbik/Orbik, à la ville comme à l'univers.  Adaptation, scénographie et mise en scène Joris Mathieu, d’après un roman de Lorris Murail inspiré par l’oeuvre et la vie de Philip K. Dick.
Avec Philippe Chareyron,
Odile Ernoult, Marc Menahem, Marion Talotti  et Vincent Hermano. Musique de Nicolas Thévenet, lumière et scénographie de Nicolas Boudier, création vidéo Loïc Bontems, Siegfried Marque.
Jusqu'au 18 février 2012 au Théâtre Silvia Monfort, Paris 15e. Réservations : 01 56 08 33 46.
Puis en tournée :  le 23 février 2012 au Creusot, le 2 mars 2012 à Thonon, les 8 et 9 mars 012 à Meylan (l'Hexagone), du 19 au 21 mars 2012 à Nantes, du 3 au 5 avril 2012 à la Comédie de Saint-Etienne.

Commentaires

Merci, il est très agréable de lire cet article, qui nous conforte dans la démarche entreprise et qui donne du sens, encore à notre travail.
Philippe Chareyron (Phil dans le spectacle)

Écrit par : Chareyron | 07 février 2012

Les commentaires sont fermés.