Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 janvier 2012

Pierre Niney nous dévoile ses talents d'auteur et de metteur en scène avec "Si près de Ceùta"

" Tonitruant comme un chacal. "

Pierre Niney, tout jeune pensionnaire de la Comédie-Française,  vient d'être nommé pour les césars 2012, catégorie Meilleur espoir masculin, pour son rôle dans le film de Frédéric Louf J'aime regarder les filles. Qu'il soit reconnu comme un brillant jeune acteur n'a rien d'étonnant, on en a déjà parler sur ce blog. Pour sa prestation dans Le jeu de l'amour et du hasard, bien sûr, et pour une lecture dans le cadre du Bureau des lecteurs. Mais c'est une autre facette de son talent que l'on a pu admirer la semaine dernière, au Théâtre de Vanves.

Ce soir-là, quatre jeunes comédiens, dont Pierre Niney, présentaient la pièce Si près de Ceuta. Une pièce écrite et mise en scène par Niney lui même. Je vous épargnerai la citation classique dans ces cas-là, "aux âmes bien nées ...", et n'irai pas jusqu'à vous dire que le texte est un véritable chef-d'oeuvre. Mais on peut tout de même saluer le travail (un texte écrit 2009, précisons-le).  

Une frontière comme tant d'autres - ne serait-ce le titre, nous ne pourrions précisément la situer - gardée par deux soldats. Voilà l'essentiel de l'intrigue. Au milieu de la nuit naissent des interrogations sur ce qu'ils font là, leur rôle exact. Et ce sont les mêmes interrogations qui taraudent le "camp d'en face", deux sans papiers qui veulent passer de l'autre côté de la ligne. Deux binômes en miroir.

Sur ce sujet grave, Niney parvient à nous faire rire. Le garde-frontière qu'il incarne est un doux rêveur, on pourrait même le trouver un peu idiot. Mais il nous fait aussi réfléchir sur cette notion de frontière. Une construction humaine qui finit par rendre fou, ceux qui la garde comme ceux qui veulent la passer.

Côté mise-en-scène, c'est pas mal non plus : scénographie minimaliste, on est perdu au milieu de nulle part. Dans l'obscurité, seules les lampes de poches viennent éclairer les visages des clandestins. Les soldats, tout en parlant, ont le regard perdu au loin, vers l'horizon, guettant un mouvement, une ombre. Et lorsqu'ils épaulent leurs armes vers un cible lointaine, c'est vers nous public, que sont pointés ces canons. Étrange sensation que de se retrouver ainsi dans la peau de celui qui est traqué

Rassurez-vous : si vous avez raté cette représentation, d'autres sont prévues, en juin. Mais à votre place, je ne tarderais pas à réserver, avant que les groupies du jeune homme - qui en plus d'être talentueux est plutôt charmant - ne s'emparent de tous les billets !

Si près de Ceuta, texte et mise-en-scène de Pierre Niney. Avec Pierre Niney, Assane Timbo, Ali Marhyar et Jean-Christophe Legendre. Du 8 au 13 juin 2012 au Théâtre de Vanves. Réservations au 01.41.33.92.91.

Commentaires

Encore une belle pièce que le provincial que je suis ne pourra pas voir !
Mais, à la demande générale, je veux bien vous donner mon avis sur les pièces vues à Paris le week end dernier.
LES LIAISONS DANGEREUSES, mises en scène par J. MALKOVITCH au théâtre de l'Atelier.
C'est intelligent et audacieux d'avoir choisi de jeunes acteurs (qui ont l'âge des personnages) et de proposer une mise en scène assez innovante (au début, on se croirait à une séance de travail dans une école d'art dramatique). Les acteurs sont tous très bons, sauf peut être Mme de MERTEUIL, un peu masculine et fade, alors qu'elle doit être archi féminine, femme fatale et venimeuse.. (mais c'est manifestement voulu). La 1ère partie est traitée sur un mode léger, parfois burlesque, souvent hélas vulgaire (pauvre jeune fille intégralement nue et grossièrement manipulée par un garçon qui, lui, reste impeccablement habillé). La 2ème partie est plus réussie et même assez emballante. L'ensemble est assez fidèle au livre, même si on y sent moins d'intensité. On peut recommander ce spectacle qui, compte tenu de la jeunesse de la troupe, va certainement s'améliorer avec le temps. J'attends vos avis avec impatience, et vous parlerai une autre fois des 2 autres pièces!

Écrit par : Christophe | 01 février 2012

Et voilà, c'est désespérant de se dire que presque toutes les pièces que je voudrais voir sont créées à Paris avant de daigner - parfois - tourner en province...
Je suis d'autant plus intriguée par ce spectacle que je n'ai jamais eu l'occasion de voir jouer Pierre Niney... Enfin, à l'exception de LOL, mais je n'ai tellement pas aimé le film que je ne m'en souviens plus du tout.

Écrit par : Minyu | 01 février 2012

Les commentaires sont fermés.