Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 janvier 2012

Au Théâtre Mouffetard, Ophélia Teillaud et Marc Zammit mettent en scène "Phèdre" sans artifice

  "Ciel ! Que lui vais-je dire
et par où commencer?"

phèdre,racine,ophélia teillaud,marc zammit,ayouba ali,mona el yafi,véronique boutonnet,camille metzger,théâtre mouffetardConceptuelle et depouillée : voilà les deux adjectifs qui pourraient le mieux qualifier cette version de Phèdre présentée au Théatre Mouffetard. Un plateau entièrement nu, un drapé noir en fond de scène ... Pas de décor et pas d'accessoires, les comédiens évoluent d'un halo lumineux à l'autre et le reste de la scène est plongé dans la pénombre.

Ophélia Teillaud et Marc Zammit, les deux metteurs en scène, (également présents sur scène, elle dans le rôle titre, lui interprétant Thésée et Théramène) évoquent dans une note d'intention une volonté de "plonger à corps perdu dans l'expérience du langage". Et cela se traduit par un véritable engagement physique de la part des comédiens lorsqu'ils déclament leur texte. On en arrive ainnsi parfois à la danse : dans le rôle d'Hippolyte, Ayouba Ali va même jusqu'à faire des figures de capoeira entre deux alexandrins. Belle maitrise technique du souffle et de la diction pour arriver à cela !

Reste que le résultat peu sembler un peu aride et difficile d'accés. Le spectateur doit, lui aussi, adhérer à cette plongée dans le texte, accepter ce jeu d'ombre et de lumière qui masque parfois un peu le visage des comédiens. Cette version de Phèdre, très recherchée dans sa forme, pourrait déconcerter un public non averti.

Phèdre de Racine, mise en scène Ophélia Teillaud et Marc Zammit. Avec Ayouba Ali, Mona El Yafi, Véronique Boutonnet, Camille Metzger, Ophélia Teillaud et Marc Zammit. Au Théâtre Mouffetard, jusqu'au 25 février. 2012.  Réservations au 01 43 31 11 99.

Les commentaires sont fermés.