Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 janvier 2012

Au Théâtre de la Porte Saint-Martin, François Morel se glisse dans les habits du Bourgeois gentilhomme

"Voilà qui n'est point sot,
et ces gens-là se trémoussent bien."

 

le bourgeois gentilhomme,molière,jean-baptiste lully,catherine hiegel,françois morel,alain pralon,marie-armelle deguy,olivier bioret,anicet castel,stephen collardelle,joss costalat,eugénie lefebvre,david migeot,emmanuel noblet,romain panassie,camille pelicier,gilian petrovski,géraldine roguez,frédéric verschoore,héloïse wagner

 

François Morel dans le rôle de Monsieur Jourdain, Catherine Hiegel à la mise en scène. Je vous avais annoncé cela il y a quelques temps. La pièce se joue depuis la semaine dernière au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

Et c'est une réussite. Certaines critiques évoquent une mise en scène un peu plate, j'ai trouvé, au contraire, le tout bien rythmé et enlevé.

Hiegel, ancienne doyen du Français rappelons-le, a opté pour la version intégrale de l'oeuvre, ballet compris. L'ensemble dure donc 3 heures mais on ne s'y ennuie pas un instant. D'abord parce que les moyens sont au rendez-vous : un orchestre de chambre sur scène, en permanence, et des danseurs qui évoluent aux côtés des comédiens. Retour aux origines donc, et mise en valeur, à part égale, de l'oeuvre de Molière et de celle de Lully. Avec en apothéose, la "turquerie" finale, soigneusement chorégraphiée dans un  jeu de lumière des plus élaborés.

le bourgeois gentilhomme,molière,jean-baptiste lully,catherine hiegel,françois morel,alain pralon,marie-armelle deguy,olivier bioret,anicet castel,stephen collardelle,joss costalat,eugénie lefebvre,david migeot,emmanuel noblet,romain panassie,camille pelicier,gilian petrovski,géraldine roguez,frédéric verschoore,héloïse wagner

Mais la pièce, il faut être sincère, repose pour beaucoup sur le talent de François Morel. Il campe un Monsieur Jourdain illuminé et doux réveur. On le découvre hypnotisé par la musique et la danse dans la première partie ; on le quitte suspendu au dessus de la scène, Mamamouchi au visage extatique.

Pour le reste, on appréciera plus ou moins les accents précieux conférés à certains personnages (le maitre de danse, le Comte et la Marquise) pour accentuer leur côté snob. Cela m'a beaucoup fait rire mais n'a pas convaincu ceux qui m'accompagnaient.

Le Bourgeois gentilhomme, comédie-ballet de Molière et Jean-Baptiste Lully, mise en scène de Catherine Hiegel. Avec François Morel, Alain Pralon, Marie-Armelle Deguy, Olivier Bioret, Anicet Castel, Stephen Collardelle, Joss Costalat, Eugénie Lefebvre, David Migeot, Emmanuel Noblet, Romain Panassie, Camille Pelicier, Gilian Petrovski, Géraldine Roguez, Frédéric Verschoore, Héloïse Wagner et cinq musiciens. Au Théâtre de la Porte Saint-Martin, jusqu'au 27 mai 2012. Réservations au 01 42 08 00 32.

Les commentaires sont fermés.