Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 janvier 2012

A l'Odéon, Castorf mutile La Dame aux Camélias ...

"On ne joue pas
avec les ustensiles de cuisine"

Je sais : j'avais dit, au lancement de ce blog, "Quand je n'aime vraiment pas, je n'en parle pas". Cependant, vos quelques messages à ce sujet me donnent à penser que des billets de ce genre vous permettent, aussi, de mieux choisir les spectacles que vous allez voir.

Hier soir avait lieu la première de La Dame aux Camélias à l'Odéon - Théâtre de l'Europe, mise en scène par Franck Castorf. Un spectacle dont j'ai vu la première partie seulement : je suis partie à l'entracte. C'est la première fois que cela m'arrive ...

Sachez donc que, si comme moi vous avez des goûts assez classiques en matière de théâtre et si, en outre, vous adorez cette oeuvre, vous risquez d'être déconcertés par ce spectacle.

Principalement parce que cela n'a pas grand chose à voir avec l'ouvrage d'Alexandre Dumas fils. Quelques passages de l'oeuvre y sont cités, certes, mais noyés au milieu d'autres textes (renseignements pris, il s'agit de textes érotiques de Georges Bataille et des extraits de La Mission de Heiner Müller) et de dialogues en russe, en anglais, en allemand.

Le décor à présent : côté face, un bidonville ; côté pile, des vitres et des néons faisant penser à une boite de nuit ou un club de strip-tease. A cela, il faut ajouter des poules vivantes (peut-être en référence aux cocottes du 19ème dont Marguerite Gautier faisait partie ????), un panneau publicitaire géant, fausse pub pour du viagra, sur laquelle Khadafi et Berlusconi se donnent l'accolade ... Étrange bric-à-brac dont j'ai eu plus que du mal à trouver la signification.

En revanche, si vous aimez cette conception de la modernité qui veut bousculer les conventions sans avoir peur d'être un peu trash (du porridge recraché et déversé sur scène ou encore des dialogues crus du style  "Oh oui, pisse moi dessus, pisse moi dans le cul")  alors ne vous privez pas de ce spectacle. Et ne voyez dans cette description aucun jugement de valeur de ma part ...

Les commentaires sont fermés.