Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 janvier 2012

Le Théâtre de La Huchette menacé : appel à la solidarité

Le prix des loyers parisiens s'envole, ce n'est pas une nouveauté. Mais cette surenchère ne touche pas que les particuliers. Le Théâtre de La Huchette en fait lui aussi les frais. Il est aujourd'hui menacé d'expulsion.

Depuis plus de 50 ans, on y joue, chaque soir, La Cantatrice Chauve et La Leçon de Ionesco. Au printemps dernier, peu après la 17 000 ème, j'avais assisté à une des représentations dans le cadre d'un reportage diffusé sur France 3 Ile-de-France.


Situé dans le quartier latin, ce théâtre fonctionne comme une coopérative dont les comédiens sont les actionnaires ...mais pas les propriétaires des murs. Coût du loyer : 52 000 euros par an. "On est aujourd'hui dans une situation critique avec un loyer que l'on ne peut plus honorer " explique Gonzague Phélip, membre de l'Association des amis du Théâtre de La Huchette. Le loyer a doublé en 15 ans. "Impossible de répercuter cette hausse sur le prix des billets : nous accueillons un public jeune, composé en grande partie de groupes scolaires. On tient donc à garder nos tarifs accessibles mais si on suivait l'évolution du loyer, il faudrait mettre le prix des places à 30 euros."

Et lorsque l'on ajoute à cette hausse de loyer, la très petite jauge du théâtre (90 places), on comprend vite que , malgré une salle souvent pleine, la dette grimpe à toute allure : 80 000 euros actuellement. L'Association des amis du Théâtre de la Huchette a donc lancé un appel aux dons, auprès des particuliers et des entreprises. "On sent que la possible disparition du Théâtre de la Huchette provoque une émotion, beaucoup de gens se mobilisent" poursuit Gonzague Phélip. Les fonds récoltés couvrent pour l'instant un quart de la dette mais la Huchette reste dans une "fragilité extrême".

Le Ministère a été appelé au secours, mais aucune proposition concrête à ce jour. L'objectif est double : apurer la dette, d'une part, et trouver un financement pérenne, d'autre part. "Nous assurons une mission de service public" tient à préciser Gonzague Phélip. Le théâtre, parallèlement aux représentations des pièces de Ionesco, met aussi l'accent sur la découverte de jeunes auteurs contemporains.

Espérons qu'un solution sera trouvée pour sauver ce lieu : voir une boutique de fringues ou un enième restaurant s'installer à cet endroit-là ferait vraiment mal au coeur.

Les commentaires sont fermés.