Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 octobre 2011

Les trésors de la Comédie-Française dévoilés au Petit-Palais

De la Comédie-Française, on connait les trésors immatériels : les pièces qui se jouent au fil des ans dans les trois salles de l'institution. On connait aussi certains des objets de valeur conservés place Colette, comme le fauteuil de Molière, que l'on peut admirer dans la galerie, près de la Salle Richelieu.

Mais si vous êtes allés récemment au Français, vous avez peut-être remarqué que ce fauteuil, celui dans lequel Molière était assis pour la dernière représentation du Malade imaginaire, a disparu. Aucun Arsène Lupin derrière cet escamotage. Le fauteuil, et beaucoup d'autres joyaux de la Maison, sont temporairement absents pour cause d'exposition au Grand-Palais. Une exposition liée aux travaux de réfection de la salle Richelieu. Quitte à devoir déplacer des oeuvres et des objets, autant les montrer au public.

Et que peut-on voir au Petit Palais ? Outre le fauteuil de Molière, quelques costumes, les maquettes des décors ... Mais surtout des peintures et statues. Car, vous l'ignorez peut-être, les principales représentations des dramaturges qui illustraient nos livres d'écoliers sont conservées par la Comédie-Française. Des peintures qui ornent habituellement les bureaux et couloirs de cette vénérable institution (et oui, il y a des gens qui bossent dans des bureaux aux murs oranges et avec du lino bleu au sol, et y'en a qui ont droit à une épaisse moquette rouge avec des portraits de Molière au mur : la vie est très injuste !). Mon préféré : la monumentale statue de Talma, un comédien de la fin du 18ème siècle, qui fait habituellement face à l'entrée de l'administration. Vous pourrez aussi admirer la salle des bustes : Molière, Corneille, Racine, Voltaire et de nombreux dramaturges du 19ème siècle mis en valeur par un jeu de lumière soigné.

Et puis il y a aussi ces dames : Sarah Bernhardt, dont on admirera les portraits mais surtout les bijoux, et celle qu'elle idolatrait : Rachel, immortalisée sous les traits de Roxane dans Bajazet.

Autant de bonnes raisons de courir voir cette expo : c'est jusqu'au 15 janvier 2012.


Commentaires

Qu'est-ce que j'aimerais y aller ! Il faudrait aussi que j'aille voir l'exposition sur l'art du costume au Français...

Écrit par : Minyu | 22 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.