Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 octobre 2011

Les "Instants critiques" de François Morel au Théâtre 71 à Malakoff

"Ça ne dialogue pas, ça cause !"

Instants critiques 3@Manuelle Toussaint.jpg

Ça commence par une météo marine - chantée - et se termine par le générique de l'émission ... entre les deux, 1h30 de discussions, ou plutôt de débat, tant les deux protagonistes de cette pièce ne sont d'accord sur rien.

L'émission, c'est Le Masque et la Plume, les bretteurs ce sont Jean-Louis Bory (Olivier Broche) et Georges Charensol (Olivier Saladin), critiques dans les années 70. L'idée de la pièce incombe à François Morel, adaptateur et metteur en scène de ce spectacle. Avec ses deux  anciens comparses des Deschiens, il fait revivre sur scène les échanges radiophoniques de ces deux spécialistes du 7ème art.

Au milieu d'une salle de cinéma un peu défraichie, les deux journalistes devisent donc sur les films, comme ils le faisaient au micro de France Inter. Bory c'est toute l'avant-garde de cette époque, fan de Godard  et capable de nous livrer une interprétation  quasiment psychanalytique de Théorème de Pasolini. Charansol, c'est le classicisme, le côté tradi ... Alors forcément, une discussions entre ces deux-là tourne vite à "la querelle des anciens et des modernes" comme le dit lui-même François Morel.  Et même lorsqu'ils sont finalement d'accord - Le Parrain est beaucoup trop long - ils ne le sont pas vraiment : la prestation de Brando les divise. Seul Cris et Chuchotements de Bergman les réconcilie finalement.

Les moins cinéphiles - dont je fais malheureusement partie - ne saisiront pas toutes les nuances, tout le piquant de ce texte. Mais l'on peut tout de même apprécier  un sens de la formule perdu aujourd'hui. Et l'on en vient en regretter le côté très édulcoré des critiques actuelles.

Instans critiques 1@Manuelle Toussaint.jpgLa mise en scène est pleine de légèreté, alors que le principe même de la pièce pourrait sembler un peu austère, grâce à des interludes chantés et dansés. Moment des plus poétiques lorsque nos deux compères entonnent en play-back  (c'est Lucrèce Sassela, au piano, qui chante sur le bord du plateau) Les parapluies de Cherbourg ...  La merveilleuse interprétation des deux comédiens finira de vous séduire.

Instants critiques, adaptation François Morel et Olivier Broche, mise en scène François Morel. Avec Olivier Broche, Olivier Saladin et Lucrèce Sassella. Théâtre 71 à Malakoff, jusqu'au 23 oct  2011: mardi, vendredi, samedi à 20h30, mercredi et jeudi à 19h30, dimanche à 16h (relâche dim 9 oct). Réservations au 01 55 48 91 00

Les commentaires sont fermés.