Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 septembre 2011

"Songe d'une nuit d'été" au Théâtre de la Porte St Martin : dates supplémentaires

Face au succés de la pièce Le Songe d'une nuit d'été, mise en scène par Nicolas Briançon au Théâtre de la Porte Saint- Martin, des représentations supplémentaires ont été ajoutées, le dimanche à 15 h (tous les dimanches de novembre, les 4 et 18 décembre ainsi que le dimanche 1er janvier).

27 septembre 2011

"Hollywood" ou la naissance du plus grand film de l'histoire du cinéma au Théâtre Antoine

hollywood,samuel le bihan,daniel russo,thierry fremont,francoise pinkwasser,daniel colas,theatre antoine,autant en emporte le vent, ron hutchinsonUn peu en retard dans mes notes, je l'avoue : voilà 10 jours que j'ai vu Hollywood au Théâtre Antoine. Un manque d'empressement à écrire ce billet qui traduit mon impression sur la pièce : une soirée sympathique, certes, mais pas une  révélation théâtrale.

L'histoire a pourtant de quoi séduire : c'est celle de la naissance - ou plutôt du sauvetage - du film Autant en emporte le vent. On est en 1939. Le tournage du film tiré du roman de Margaret Mitchell a débuté, sous la direction de Georges Cukor. Mais le producteur, David O. Selznick sent que le projet va droit dans le mur. Il suspend - à grand frais -  le tournage et décide de faire appel à un nouveau scénariste et un nouveau réalisateur. Objectif : revoir entièrement le scénario en 5 jours et 5 nuits seulement pour perdre le moins d'argent possible. Seul hic : le scénariste n'a pas lu le roman. Qu'importe, les deux autres lui mimeront l'histoire, incarnant tours à tours Scarlett, Rhett, Ashley, Prissy ...

Selznick (Daniel Russo) séquestre alors, dans son magnifique et spacieux bureau hollywoodien, Ben Hecht (Thierry Frémont), scénariste en vogue, et Victor Fleming (Samuel Le Bihan) qu'il a débauché du tournage du Magicien d'Oz. C'est le ressort comique de la pièce : un huis-clos burlesque où les trois hommes, privés de sommeil et ne mangeant que des bananes et des cacahouètes, vont jusqu'à la crise de paranoïa.

Et le problème c'est que  du burlesque au gag un peu lourd, il n'y a parfois qu'un pas ... Des lourdeurs que l'on ressent surtout dans la première partie. Les trois acteurs joue bien mais on tombe un peu dans la répétition par moment. Heureusement, le dernier tiers de la pièce gagne en rythme et on rit plus volontiers. "La pièce fini mieux qu'elle n'a commencé" dira, assez justement, un spectateur près de moi.

Intercalé entre deux gags, le "message" de la pièce : le racisme du vieux Sud fait écho à la montée du nazisme et soulève une polémique entre Hecht et Selznick, sur le mode "l'artiste doit-il prendre position ?" Peut-être l'élément le plus intéressant de l'histoire. Pour le reste, on connait tous l'épilogue : 8 oscars, dont celui de meilleur réalisateur pour Fleming, et un film devenu un monument du cinéma.

Hollywood (Moonlight and magnolias) de Ron Hutchinson, adaptation de Martine Dolléans, mise-en-scène de Daniel Colas. Avec Daniel Russo, Thierry Frémont, Samuel Le Bihan et Françoise Pinkwasser. Au Théâtre Antoine, du mardi au vendredi à 21h, samedi 16h et 21h, dimanche 15h30. Réservations : 01.42.08.77.71

Reprise au Théâtre du Gymnase jusqu'au 1er avril 2012, du mardi au samedi à 21H , matinée le samedi à 16h et le dimanche à 17H. Réservations : 01 42 46 79 79.

26 septembre 2011

La Comédie-Française fait son cabaret avec les "Chansons déconseillées"

" 1,2,3 ... Taisez-vous !
7,8,9 ... Ecoutez ! "

C'est presque une tradition : depuis plusieurs années, la saison du Studio Théâtre de la Comédie-Française débute par un spectacle de chansons, façon cabaret. Un spectacle que l'on doit à Philippe Meyer, producteur de l'excellente émission La prochaine fois je vous le chanterai sur France Inter.

Après le fabuleux Chansons des jours avec et chansons des jours sans l'année dernière, c'est au tour des Chansons déconseillées d'être à l'honneur. Déconseillées ?  Tout du moins condamnées à une diffusion restreintes, souvent après 22h , ou carrément censurées. Des chansons parfois polissonnes, impertinentes ou antimilitaristes...

Sur scène, ils sont huit, se succédant au micro et jouant d'un instrument pour plusieurs d'entre eux. De très belles voix (mais depuis L'Opéra de quat'sous, qui pouvait en douter) et des interprêtations souvent drôles comme Félicien Juttner avec Le Sénateur (paroles et musique de P-J de Béranger - 1813) ou Serge Bagdassarian et sa Folâtrerie (E. Valette, F. Heintz, 1931). Ma préférée : Le Général à vendre écrite par Francis Blanche et interprêtée par Sylvia Bergé, Serge Bagdassarian et Stéphane Varupenne.

Comme l'année dernière, on sort de ce spectacle, qui ne dure qu'une heure, en se disant qu'il a un goût de trop peu ! On en aurait bien entendu trois ou quatre de plus de ces chansons fortement conseillées ...

Chansons déconseillées, cabaret dirigé par Philippe Meyer, avec Cécie Brune, Sylvia Bergé, Françoise Gillard, Serge Bagdassarian, Benjamin Jungers, Stéphane Varupenne, Félicien Juttner et Guillaume Mika (élève comédien). Au Studio-Théâtre de la Comédie-Française, à 18h30 du mercredi au dimanche, jusqu'au 30 octobre 2011. Réservations au 01 44 58 98 58.