Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 septembre 2011

"Olga ma vache", une nouvelle de Roland Dubillard adaptée au Lucernaire

"On ne peut pas demander
à tout le monde
d'être un animal pour jouer la comédie"

olga ma vache,theatre du lucernaire,roland dubillard,erik satie,patrick coulais,maryvonne schiltz,jean leberL'histoire est un peu saugrenue, il faut bien l'avouer : un homme tombe fou amoureux d'une vache. Voilà à quoi se résume l'intrigue de cette pièce, adaptée d'une nouvelle de Roland Dubillard (parue en 1974) et mise en scène par Patrick Coulais et Maryvonne Schiltz.

Dans le rôle du narrateur amoureux de cette Olga, Patrick Coulais nous raconte comment cet amour est né et ce qu'il en advint (et ce n'est pas déflorer l'intrigue que de dire qu'il n'y aura pas d'happy-end ...). De la rencontre avec Olga dans un champ normand au retour à Paris où il veut faire d'elle une comédienne (mais les vaches et les escaliers conduisant aux appartements parisiens ne sont pas forcément compatibles).

A ses côtés, Jean Leber au violon ponctue ce récit d'extrait musicaux. Et c'est la vraie bonne idée de cette mise-en-scène : illustrer l'état émotionnel du narrateur avec la musique d'Erik Satie, tantôt gaie, tantôt grave. Pour le reste, le décor est spartiate et la scène assez sombre.

Et puis il y a le texte ! On y retrouve le sens de la formule de l'auteur des Diablogues, comme cette description de la joie intense qui  envahit le narrateur "comme si vous aviez avalé de la levure". Un peu de poésie dans cette fable, au final assez triste, sur la difficulté de surmonter les différences entre les êtres.

Olga ma vache, à 19h au Théâtre du Lucernaire jusqu'au 29 octobre 2011.
Réservation au 01 45 44 57 34.

Commentaires

C'est pour le moins surprenant ! La vache apparaît-elle ?
Cela me rappelle fortement une nouvelle, "Monologue d'une fin de mariage", écrite par une internaute et que vous pouvez lire ici : http://zacharielle.free.fr/milora/index.php?article100/monologue-d-une-fin-de-mariage

Écrit par : Minyu | 07 septembre 2011

Non, pas de vache en scène, rassurez-vous. ! Juste le narrateur (avec le violoniste) avec comme seul décor une méridienne à roulette.

Écrit par : Audrey | 07 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.