Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 mars 2013

Jean-Claude Dreyfus rend hommage à Raymond Devos

"L'après-vous, c'est pour quand
d'après vous ?"

(article mis à jour le 5 mars 2013, version initiale le 18 juillet 2011)

Après le Festival OFF d'Avignon en 2011 et une tournée, le spectacle est repris au Théâtre du Petit Hébertot, jusqu'au 27 avril 2013. 

Dreyfus/Devos : D'hommages sans interdit(s): il y a dans le tître même de ce spectacle plusieurs jeux de mots. Quoi de plus naturel quand il s'agit de Raymond Devos ? Presque seul en scène (accompagné par Thomas Février au piano et pour quelques répliques mordantes), Jean-Claude Dreyfus se glisse donc dans le costume d'un des comiques préférés des Français.

devos--dreyfus-3-110620110936-jean-claude-dreyfus.jpg"Il était une fois un Monsieur qui avait un œil baignant dans un réel absurde nous contant pendant des lustres en baccarat de folles anecdotes lumineuses. Je me suis dit voilà ma dote et mon antidote "l'Artiste" fut le détonateur et je vais tenter de faire naviguer cette planche sur la mer houleuse de son talent et de suivre son rythme magique en l'interprétant. Je m'attaque à un maître du mot motivé par l'émotion qu'il me transmet à chaque moment ... c'est le mot de la fin. "

A l'opposé du piano : un petit guéridon sur lequel est posée la photo de Devos. Au milieu de la scène, un cochon en résine. Un peu incongru, certes, mais c'est là la grande passion de Jean-Claude Dreyfus.  C'est d'ailleurs la seule touche personnelle de cette mise en scène : pour le reste, on est complètement dans l'univers de Devos.

Brillants textes à jeux de mots (inédits pour certains), numéro de magie un peu absurdes (j'ai failli perdre ma main dans un boite en bois pour vérifier, à l'invitation du comédien, qu'il n'y avait rien dedans : cela m'apprendra à m'asseoir au premier rang), nez rouge et petit accordéon ... rien ne manque à cet hommage. Pas même le moment final d'émotion: une chanson sur l'artiste disparu, tandis que des images défilent sur un drap blanc en fond de scène.

Dreyfus/Devos : d'hommages sans interdit(s) jusqu'au 31 juillet, à 12h30,  au Théatre du Chien qui fume à Avignon (durée 1h10)

Reprise au Théâtre du Petit Hébertot, du mardi au samedi à 20h00,  jusqu’au 27 avril 2013

Les commentaires sont fermés.