Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 mai 2011

Plus de 17 000 représentations pour "La Cantatrice chauve" à La Huchette

"Un médecin consciencieux doit mourir avec le malade s'ils ne peuvent pas guérir ensemble."

Un billet en forme de coup de gueule. J'avais initialement prévu de vous parler de La cantatrice chauve qui se joue au Théâtre de  La Huchette depuis plus de 50 ans. Je suis allée voir la pièce la semaine dernière. Oui mais voilà, de la pièce, je n'ai pas vu grand chose ... la faute à une bande d'adolescents qui n'avait aucune envie d'être là et qui ont transformé la représentation en enfer pour tous les autres, comédiens compris.

Pourquoi forcer les gens à aller au théâtre contre leur gré ? "Pour leur bien" pourrait-on répondre, comme le faisant ma mère en enfournant une cuillère de sirop pour la toux dans mon gosier lorsque j'étais enfant. Et inéluctablement, je rejetais le contenu de la cuillère en même temps que celui de mon estomac. Et bien c'est exactement ce qu'il s'est passé ce soir là au Théâtre de La Huchette. Si, si, je vous assure ! Le jeune homme, passablement aviné, assis juste devant moi a vomi - par trois fois - au cours de la représentation. Et les accompagnants (je n'ose employer le terme d'enseignants) n'ont pas jugé bon de le faire sortir : "Il s'est lui même mis dans cet état, qu'il assume ! Hors de question qu'il sorte" a même laché l'un d'eux. Ce sont surtout les autres qui ont assumé, spectateurs incommodés par l'odeur pendant une heure et comédiens, jouant contre vents et sonneries de téléphone portable (la jeune fille à mes côtés à carrément décroché, non pour dire "je peux pas te parler, je suis au théâtre" mais pour avoir une vraie conversation, sans la moindre gêne, avec son interlocuteur). Et là, cher lecteur, je sais que c'en est trop pour toi, alors je t'éviterais le récit de l'algarade à la sortie  avec les accompagnants qui ne comprenaient pas notre indignation ("Vous nous stigmatisez parce qu'on vient de Roubaix, c'est ça ?"). Naïvement - mais je ne suis pas pédagogue - je pensais qu'une sortie au théâtre ça se préparait, qu'on rappelait au préalable quelques règles élémentaires (on arrive à l'heure, on parle pas, on éteint son téléphone portable ... on n'est pas au cinéma, sur scène, ce sont des vrais gens qui doivent se concentrer pour dire leur texte) et surtout, que lorsqu'on se rendait compte que deux ou trois garnements ont apparemment écumé les bars de la rue avant d'arriver au théâtre et ne sont pas en état de suivre la pièce, on reste avec eux à l'extérieur. Mais j'ai depuis peu passé le cap des 30 ans et  je suis probablement devenue une vieille réac' coincée !!!!!

Et la Cantatrice chauve dans tout ça ? Bien sûr, "elle se coiffe toujours de la même façon" mais elle se porte à merveille. De pièce d'avant-garde, elle est devenue un classique. Et au bout de 17 031 représentations, toujours dans la mise-en-scène de Nicolas Bataille, la mécanique est bien huilée permettant aux comédiens de réussir le tour de force de jouer malgré tout (avec tout de même un petit "si cela ne vous plait pas, vous pouvez sortir" laché entre deux répliques). Chapeau bas ! 

Ce soir-là, pour les besoins d'un reportage, nous avons rencontré Odette Barrois qui a créé le rôle de la bonne Mary en 1950 (ce n'était pas encore à la Huchette mais aux Noctambules). La comédienne a arrêté les représentations il y a tout juste un an, après avoir incarné ce rôle "5000 ou 6000 fois", elle n'a jamais compté ! (Si la pièce est jouée non-stop, les comédiens alternent par quinzaine). Des anecdotes Odette Barrois en a des tonnes ... mais je suis sûre qu'un chahut comme celui auquel eurent droit les comédiens ce soir-là, elle n'avait jamais vu ça !

Commentaires

Je suis enseignante et j'ai honte. Je ne veux pas défendre des enseignants qui ont l'air indéfendables, mais sont-ils les vrais responsables? Etes-vous sûre que la sortie n'avait pas été préparée.....?
Parfois, souvent, malgré toute notre bonne volonté, des heures de préparation, oui, nos élèves nous font honte.

Écrit par : Minnie | 18 mai 2011

Merci pour votre message.
Je ne sais absolument pas s'il s'agissait ou non d'enseignants, peut-être de simples accompagnateurs, ni même si c'était des élèves où des adolescents dépendant d'une structure non scolaire.
Sachez qu'outre le comportement des élèves, la moitié du groupe est arrivée à 19h05 (la pièce devait commencer à 19h !!!!), l'autre à 19h15. Comme ils devaient occuper la moitié de la salle, les responsables du théâtre ont eu la gentillesse de retarder le début de la représentation. Lorsque j'ai fait remarquer cela à une adulte accompagnant le groupe , elle a rétorqué "on n'y peut rien, on leur avait donné rendez-vous devant le théâtre à 19h". Je suis restée sans voix !
Quand vous allez au théâtre, vous, vous vous pointez pile à l'heure de la représentation ou un quart voire une demi-heure à l'avance ??
Mais je suis pleinement consciente que cette mésaventure est incroyable, totalement exceptionnelle (c'est d'ailleurs pour cela que j'ai tenu, après beaucoup d'hésitations, à la relater ici) et que la plupart des représentations à laquelle participent des scolaires se déroulent sans aucun problème.

Écrit par : Audrey | 18 mai 2011

Exceptionnelle..... je ne sais pas.... j'espère...mais n'en suis vraiment pas sûre.

Écrit par : Minnie | 18 mai 2011

Mais c'est aberrant ! Il m'est déjà arrivé d'être importunée au théâtre, mais jamais à ce point ! Les groupes scolaires (ou du moins les groupes de "jeunes") sont souvent agités, parce que cela ne les intéresse pas (je suis une exception, heureusement), mais je ne pensais pas que cela puisse aller aussi loin !

Écrit par : Minyu | 19 mai 2011

Les commentaires sont fermés.