Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 mai 2011

"On ne badine pas avec l'amour" de Musset au Vieux Colombier

"C'est un diamant fin des pieds à la tête"

Hier soir, certains étaient rivés devant la finale de la Coupe de France, d'autres devant l'Eurovision, tous passionnés et pétris de stress... comme moi. Ni fan de foot, ni de concours de chant, j'avais hier soir un rendez-vous que j'attendais depuis fort longtemps. Alors comme pour les grands rendez-vous, j'ai eu une boule à l'estomac toute la journée : et si ce n'était pas aussi bien que je l'espérais, et si je me cassais une jambe ou un bras en y allant, et si, et si...

Ce rendez-vous, c'était avec Alfred de Musset et On ne badine pas avec l'amour à la Comédie-française. "Musset fait partie de mes amours d'adolescent. Je m'y suis attaché pour les mêmes raisons qui m'ont conduit à le rejeter par la suite, me méfiant toujours plus d'un romantisme caricatural. J'y suis revenu fasciné par la force de son écriture ..." avoue le metteur en scène Yves Beaunesne dans sa note d'intention. Badine fait aussi partie de mes amours d'adolescente mais je ne l'ai jamais rejeté. Ce qui tend peut-être à confirmer mon tempéremment de midinette, mais qu'importe.

Dès la première scène, tous mes doutes et mes craintes se sont envolés. Suliane Brahim, charmante Rosette, danse seule en faisant le ménage, enlacée dans ses propres bras, ornés de gants en caoutchouc rouges, comme dans ceux d'un amoureux imaginaire. La musique : This guy's in love de Herb Alpert and the Tijuana Brass, vieux tube des années 60 qui reviendra rythmer certains passages de la pièce. Le ton est donné : Yves Beaunesne a choisi de nous raconter l'histoire tragique de Camille et Perdican au milieu d'un décor et d'une ambiance années 60 (avec des robes tirant plutôt sur les années 50). La suite du spectacle viendra confirmer cette première impression : belle mise en scène, belle lumière, utilisation intéressante de la salle comme extension de la scène ... Yves Beaunesne a également eu la judicieuse idée de ne pas avoir recours au choeur de paysans, distribuant ses longues tirades tantôt à Rosette, tantôt au Baron ou à Maître Bridaine.

Mais n'oublions pas les comédiens, tous à leur meilleur : Pierre Vial et Christian Blanc jouent Bridaine et Blazius, plus préoccupés par leur lutte d'influence pour avoir la meilleur place à table que par le drame qui se noue sous leurs yeux. Leur vice prête à sourire comme cette scène où Blanc / Blazius fait au Baron (Roland Bertin) le récit aviné et confus de la querelle compromettante  qu'il a  aperçue dans le parc. Sous la coupe d'une Dame  Pluche austère à souhait (Danièle Lebrun a remplacé la regrettée Hélène Surgère qui devait initialement interpréter ce rôle), Julie-Marie Parmentier est parfaite en Camille, toute frêle et fragile à sa sortie du couvent mais capable de fureur et de force contre Perdican.

Et puis il y a Perdican / Loic Corbery ...
Par où commencer ? Comme d'habitude : agile comme un chat, il monte sur le billard, glisse en dessous, soulève Camille comme une plume, lui barre le chemin, virevolte sans perdre une seule seconde son émotion. Un peu coureur au début (et on se laisserait bien avoir ...), son personnage s'épaissit au fil de la pièce, niant la douleur de perdre Camille puis la laissant éclater. Arrive la célèbre scène 5 du deuxième acte. C'est le plus beau passage de la pièce (et peut-être du théâtre français ... mais je me laisse un peu emporter par ma passion pour cette oeuvre). Camille est seule sur scène. Où est Perdican ? Au fond de la salle, dans la pénombre, il répond à distance à l'interrogatoire de sa cousine qui se refuse à lui :

- Dites-moi, avez-vous eu des maîtresses ?
- Pourquoi cela ?
- Répondez-moi, je vous en prie, sans modestie et sans fatuité.
- J'en ai eu.
- Les avez-vous aimées ?
-De tout mon coeur.
Chaque réplique, chaque pas le ramène peu à peu auprès d'elle. Divin.

Voilà à présent les deux comédiens sur scène. Le dialogue - toujours aussi sublime - se poursuit. Puis Loic Corbery et Julie-Marie Parmentier, face à face, yeux dans les yeux, partage un silence interminable, la tension est palpable... (petit message au Monsieur qui a toussé à ce moment là : vous avez  suscité en moi une envie de meurtre !). LA réplique culte arrive alors (Tous les hommes sont menteurs...) et j'ai la gorge nouée, les yeux embués. Instant magique comme on aimerait en vivre à chaque fois que l'on va au théâtre.

Mon admiration pour ce comédien n'est pas un scoop. Alors si mon seul avis ne vous suffit pas à son sujet, allez faire un tour sur le blog d'Armelle Héliot : elle le compare carrément à James Dean !!!! Je n'irai pas jusque là (Corbery à mon sens est incomparable !) mais le  costume de Perdican lui sied à merveille, faisant de lui l'héritier de Gérard Philipe qui immortalisa ce rôle, son dernier au théâtre, en 1959. Alors, pour paraphraser Aragon, disons simplement : "Non, Perdican n'est pas mort !" 

 

Reprise saison 2011-2012 : Théâtre Ephémère du 9 mai au 17 juin.

Commentaires

Cela me donne tellement envie d'aller la voir ! (Ah, mais pourquoi est-ce que je n'habite pas à Paris ?!?)
Il est vrai que la pièce est superbe (d'ailleurs la fameuse scène V de l'acte II est en effet si belle que je la connais entièrement). Par contre, je ne saurais dire si je la préfère à Lorenzaccio... Il faudrait que je la relise.

Écrit par : Minyu | 16 mai 2011

Oh , L. Corbery je me souviens l'avoir vu dans Les oiseaux, il y a deux ans, c'est vrai qu'il était l'un qui m'avait le plus convaincu de la distribution!

Écrit par : Fanny | 01 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.