Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 avril 2011

"Un fil à la patte" de Feydeau à la Comédie-Française

"J'en appelle à la postérité"

Reprise saison 2011-2012 : Salle Richelieu du 2 décembre au 1er janvier puis au Théâtre Ephémère du 26 juin au 22 juillet.

Hier soir était le soir tant attendu où je suis enfin allée voir Un fil à la patte à la Comédie française, mis en scène par Jérôme Deschamps. La pièce se joue à guichet fermé jusqu'à la fin de la saison et, pour pouvoir acheter ces places, j'ai passé un temps fou, il y a plus de deux mois, à tenter de joindre la billetterie le jour de son ouverture. Ma récompense : six places obtenues de haute lutte. La pièce avait déjà fait un tel buzz que plusieurs de mes amis, pas forcément férus de théâtre, ont voulu venir aussi.

C'est donc en groupe, au lendemain du triomphe de la pièce aux Molières (3 récompenses) que nous sommes allés rire des problèmes de Bois d'Enghien (Hervé Pierre) et de son fil à la patte : sa maîtresse Lucette (Florence Viala), chanteuse de café-théâtre, dont il n'arrive à se défaire à quelques heures de son mariage... auquel sa belle-mère a convié  à chanter cette même Lucette. Et la situation devient encore plus cocasse lorsque l'on y rajoute un général sud-américain follement épris de Lucette et prêt à "touer" pour elle (Thierry Hancisse) et un clerc de notaire avec des velléités musicales (Christian Hecq)

Que dire sur la pièce que vous n'ayez  lu ailleurs ? Effectivement c'est génial. Bien joué, beau décor, beaux costumes. Et Christian Hecq, est un  Bouzin stupéfiant, au corps élastique (comment fait-il pour dévaler ainsi les escaliers ?) et à la figure de clown. N'oublions pas Thierry Hancisse qui campe un général à l'accent hilarant, source de nombreuses incompréhensions (on ne peut rester "squeptique" devant un tel "sandale"). On regrettera cependant l'absence hier soir sur scène de Guillaume Gallienne, lauréat du Molière du second rôle pour celui de Chenneviette. C'est Christian Gonon qui tenait ce rôle, ainsi que celui de Miss Betting, hier soir. Gallienne et son délicieux accent anglais en Miss Betting ... quelle frustration d'avoir manqué cela !

Le hasard veut que je vienne juste d'achever Passion théâtre*, un ouvrage où Micheline Boudet raconte ses souvenirs sur les planches. C'est elle qui tenait le rôle de Lucette en 1961 quand Jacques Charon a mis en scène la pièce à la Comédie française. Une distribution de rêve dont je vous laisse seuls juges  : Robert Hirsch (Bouzin), Jean Piat (Bois d'Enghien), Georges Descrières (le Général), Jean-Paul Roussillon (Jean), Jean-Laurent Cochet (Chenneviette), Jacques Charon (Fontanet), Denise Gence (Marceline), Catherine Samie (Nini Galant), Françoise Kanel (Miss Betting), Marthe Alycia (la Baronne), Paule Noelle (Viviane). La pièce fut un immense succés (vous pouvez en voir ici un extrait, tiré d'une captation de 1970 ; la captation intégrale est disponible dans un coffret dédié à Feydeau. Belle consolation si vous n'avez pas réussi à obtenir des places pour la version actuelle !). Voici ce qu'en dit Mademoiselle Boudet dans son livre de souvenirs :

"Chaque soir, plusieurs fauteuils sont cassés par certains spectateurs sautant de joie sur leurs sièges. Ce qui vaut un soir, à la sortie du spectacle, d'un couple habitué aux classiques du Français ce mot inattendu de la dame à son époux : On a bien du mal à garder son sérieux..."

Hier soir, nous eûmes effectivement bien du mal à garder notre sérieux ... mais à ma connaissance aucun fauteuil n'a été cassé!

* Passion théâtre de Micheline Boudet, éditions Robert Laffont.

 

Commentaires

Merci pour votre blog...
Le spectacle en salle rend certainement mieux que celui que j'ai pu voir à la télévision, mais je comprends mal l'avalanche de compliments pour Ch.Hecq. C'est un clown, et il joue seul, "perso", d'un jeu détaché de celui du reste de la troupe, avec des effets qui sont impressionnants, mais qui n'ont guère à voir avec la construction d'un personnage. Si l'on compare avec l'humanité que Hirsch donnait au personnage, c'est flagrant.

Écrit par : anne | 20 avril 2011

J'ai vu tellement de fois la pièce (je l'ai enregistrée lorsqu'elle a été diffusée à la télévision) que je la connais pratiquement par cœur !
Je dois dire que j'ai plus été impressionnée par les prouesses physiques de Christian Hecq que par le reste de son jeu. Mais il est tellement drôle !
J'ai aimé tous les comédiens, mais le général Irrigua campé par Thierry Hancisse est celui qui m'a le plus plu ! Il est hilarant, et je l'ai bien plus aimé que Bouzin.
Guillaume Gallienne, aussi, est fabuleux en Chenneviette, toutes ses intonations sans exception sont parfaites !
J'aurais beaucoup aimé voir Christian Gonon dans le rôle, comment est-il ?

Écrit par : Minyu | 28 avril 2011

Les commentaires sont fermés.