Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 avril 2011

"Bérénice" à la Comédie-Française

"Que le jour recommence
et que le jour finisse ..."

  Reprise pour la saison 2011-2012, Salle Richelieu du 22 septembre au 27 novembre 2011

 

Je vous avez annoncé il y a quelques semaines  que la Comédie française jouait en tournée la pièce Bérénice. Je suis allée voir ce spectacle samedi dernier à l'Opéra Royal de Versailles.

Avant de vous dire ce que j'ai pensé de ce spectacle, je voulais souligner les réactions et commentaires qu'a suscité le billet où j'annonçais cette pièce. Deux lectrices n'ont pas aimé ce spectacle et l'ont fait savoir. C'est la première fois qu'un de mes billets provoque autant de réactions.

Pour autant, tout n'est pas à rejeter dans ce spectacle-là, bien au contraire. Certes, en découvrant le décor, on se dit qu'il s'agit là d'un recyclage de celui d'Andromaque joué cette saison Salle Richelieu. Ce sont apparemment les mêmes colonnes, des colonnes contre lesquelles on vient s'appuyer voire se réfugier quand le destin ou le devoir deviennent trop pesants... Les costumes eux, sont contemporains (les robes et tuniques vaporeuses d'Andromaque étaient beaucoup mieux). Mais qu'importe, se dit-on finalement, le texte de cette oeuvre est si fort que tout autour ne peut être que fioritures ...

On dit de Martine Chevalier qu'elle est une  grande tragédienne. Mais pour cette pièce, certains lui ont reproché de ne pas avoir l'âge du rôle. Je vous avouerai que j'avais effectivement un peu peur de ne pas croire en cette histoire d'amour mais finalement, je me suis laissée convaincre et même arracher une larme sur la plus célèbre tirade (cf le tître de ce billet. Et si vous ne connaissez pas la suite, vous n'avez qu'à lire le texte, cela ne pourra que vous faire du bien !).  Aurélien Recoing par contre m'a un peu moins séduite dans le rôle de Titus (notamment sur certains passages où le texte était dit à toute vitesse). 

Un jugement en demi-teinte, donc, au risque de passer pour un robinet d'eau tiède !  Cette  version de Bérénice n'est pas un spectacle que je garderai en mémoire éternellement, mais ce n'était pas une soirée ratée non plus.

Bérénice, mise en scène de Muriel Mayette avec avec Simon Eine, Yves Gasc, Martine Chevalier, Jean-Baptiste Malartre, Aurélien Recoing, Adeline d'Hermy et Renaud Triffault.
Reprise pour la saison 2011-2012 : Salle Richelieu du 22 septembre au 27 novembre

Commentaires

http://emploi.letemps.ch/Facet/print/Uuid/f929cbd6-6156-11e0-aae4-83f83eb09add/B%C3%A9r%C3%A9nice_%C3%A9l%C3%A9gante_%C3%A9l%C3%A9gie_sur_l%C3%A9cume_du_chagrin

Une critique de Bérénice du principal journal Suisse (Bérénice arrive au Théâtre du Jorat du 12 au 14 mai), là encore positive (l'inscription sur le site du journal est gratuite et ils ne font pas de "spam").

Je dois bien dire que je n'ai pas trop compris certains commentaires. Bérénice est en effet avant tout un spectacle qui s'écoute.

Écrit par : Chris | 13 avril 2011

Je suis allé voir Bérénice ce Dimanche. Quelle déception! Tout d'abord le casting est douteux. Bérénice est jouée par une comédienne qui apparaît sous les traits d'une blonde oxygénée ménopausée et enrobée . Il est vrai qu'Antiochus et Titus ne semblent pas de première jeunesse non plus. Certes historiquement Titus a 40 ans lorsqu'il devient empereur , Bérénice 50 ans . Mais on se dit que pour la crédibilité de la pièce, Bérénice devrait plutôt avoir les traits d'une femme séduisante. Ensuite, les costumes. Habituellement c'est le point fort de la Comédie française qui emploie des couturières réalisant des costumes très beaux. On peut à la rigueur admettre le principe d'une transposition mais pourquoi choisir des costumes contemporains d'une banalité affligeante. On dirait des comédiens à la ville dans des tenues vaguement bohêmes bon marché. Quel contresens alors que nous parlons de personnages de la court impériale de Rome! Enfin le décor est sans intérêt. La réalisation est poussiéreuse et sans génie.

Écrit par : Stéphane | 17 octobre 2011

Quelle déception cette soirée que nous voulions riche d'émotions et de beaux sentiments... les acteurs sont vieux ( de notre âge!) alors qu'il s'agit de personnages certes mûrs mais en pleine force de l'âge et non déclinants et "mourants" , sans attraits ni physiques , ni psychologiques, ni moraux.... comment peut-on à partir d'une si belle pièce , à la verve magistrale aboutir à un spectacle si plat et si peu enthousiasmant!!!Pas de décors , pas de beaux habits... aucune liturgie qu'elle soit extérieure ou intérieure aux personnages pour rendre ce drame écartelant que vivent les personnages!

Écrit par : regnault | 20 octobre 2011

Nous voilà revenus de l avant dernière et absolument époustouflés par la modernité qu ont su insuffler les comédiens à Berenice. La passion dévore et détruit le trio d'amoureux avec une violence saisissante. Les acteurs sont magnifique et je suis choquée de lire l'insulte faite à Martine Chevalier, elle qui est si juste dans son rôle! Enfin, le décor epuré et les costumes banals ne servent que mieux encore la langue de Racine.

Écrit par : Catherine | 25 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.