Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 mars 2011

Debout ...debout ! Debout ... debout !

Depuis ce matin à la radio, dans les journaux, on n'entend que ça : aujourd'hui c'est la Journée de la Femme (merci d'ailleurs de  dire plutôt la Journée DES femmes). Le principe de cette journée me laisse un peu sceptique : à choisir, je préfèrerais vous la laisser cette journée, Messieurs, et prendre les 364 autres ... En même temps, il serait un peu bête de ne pas utiliser cette espace pour parler et ainsi faire avancer la cause des femmes, même s'il s'agit avant tout d'un combat quotidien.

Quel rapport avec le théâtre me direz-vous ? Et bien selon ce principe d'opportunité, je profite de cette journée pour vous parler d'une femme, morte il y a bien longtemps et oubliée de beaucoup. Une expo lui rend hommage en ce moment à Paris.

Il s'agit de Marguerite Durand. Une bibliothèque porte aujourd'hui son nom. Elle est dédiée à l'histoire des femmes et au féminisme. Une partie des fonds a été accumulée par Marguerite Durand elle-même, une partie  collectée après sa mort.

Mais qui est Marguerite Durand au juste ? Une figure du début du XXème siècle, militante de la cause des femmes. Mais ce qui m'amène à en parler sur ce blog, c'est qu'elle a commencé sa carrière en tant que comédienne. Et pas n'importe où : à la Comédie française. Pendant quelques années seulement, avant de se marier et de devenir journaliste. Le féminisme fera son entrée dans sa vie quelques années plus tard ...

Comédienne, journaliste, féministe ... Si vous me connaissez un peu, vous y verrez là le triptyque parfait à mon sens !!

Forcément, au milieu d'une vie si remplie, on n'évoque généralement que brièvement sa carrière de comédienne. Les quelques éléments glanés ça et là nous apprennent seulement qu'elle obtint un premier prix de comédie au conservatoire et qu'elle entra au Français en  1881 "où elle se spécialise dans des rôles d’ingénue". Pour savoir quels rôles précisément se cachent derrière cela, il faudrait se renseigner directement auprès de la Comédie française et consulter la fameuse base La Grange (peut-être qu'un jour, je trouverai le temps de faire cette démarche, ou bien attendrai-je que cette base de données soit enfin mise en ligne ...) On sait aussi qu'elle quitta la Comédie française en 1888 et épousa un député boulangiste. Marguerite Durand fut donc une contemporaine de Sarah Bernhardt. Les deux femmes se sont-elles rencontrées, cotoyées ? La seule chose que je sais - et que j'ai vu - c'est que parmi les nombreuses photos collectionnées par Marguerite Durand figurent plusieurs clichés de Sarah Bernhardt. Pour le reste, on peut tout imaginer.

La suite de l'histoire - pardon de la vie - de Marguerite Durand ne concerne plus le théâtre mais mérite d'être connu : grâce à son époux, elle fréquente le milieu littéraire et journalistique parisien et devient elle-même journaliste. Divorcée, elle entre au Figaro et part couvrir pour ce journal un congrés féministe, bien décidée à se moquer de ces militantes et de leur combat. Mais voilà : ce congrés est finalement pour elle une révélation, un électro-choc. Elle adhère à ce combat et crée un journal entièrement réalisé par des femmes, de l'écriture des articles à la gestion. La Fronde paraîtra de 1897 à 1905.

Une exposition est consacrée au fond de la bibliothèque Marguerite Durand vous disais-je. J'ai eu le plaisir de faire un reportage sur ce sujet et c'est comme cela que j'ai découvert qui était Marguerite Durand. Je vous invite donc vivement à aller voir cette exposition, intitulée "Photo, femmes, féminisme". C'est jusqu'au 13 mars à la Galerie des bibliothèques de la ville de Paris (rue Malher).

Et si vous ne pouvez pas y aller, voici un lien vers le reportage. Une vision assez réduite de l'expo cependant. Mais pour une fois, ce ne sont pas mes images que vous verrez mais ma petite voix que vous entendrez ... Les images, elles sont signées Josiane Szymanski (Son : Daniel Goude, Montage : Nathalie Gallet). Le reportage à été diffusé sur France 3 Ile-de-France.

Pour voir la vidéo, cliquez sur le lien ci-dessous et avancer jusqu'à 18'30 (vous pouvez aussi regarder le journal en entier si vous avez envie !)

http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?...

Les commentaires sont fermés.