Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 janvier 2011

"Thriller live" au Zénith

"Can you feel it ? Can you feel it ?
Can you feeeeeeeeel it ?"

Une fois n'est pas coutume, je ne vais pas parler cette fois-ci d'une pièce de théâtre mais d'un spectacle musical.

Je n'ai jamais été une fan de Michael Jackson. Mais avoir filmé 200 passionnés en train de danser Thriller sous la Tour Eiffel la semaine dernière et avoir interviewé Adrian Grant, le créateur du spectacle, m'a donné envie d'aller voir "Thriller live" au Zénith.

"Thriller live", qu'es aco ? Pas une comédie musicale qui raconte la vie de Michael Jackson. Juste ses plus grands tubes présentés sur scène comme il aurait pu le faire lui-même ... Enfin pas tout a fait, plutôt comme si tous les Michael Jackson successifs - j'attends par là les différents styles qu'il a incarnés au fil de sa carrière - étaient sur scène le même soir. Le MJ des Jackson five, puis celui de Thriller et Bad et celui des années 90. Le Michael disco, le rocker, le chanteur de Soul et bien sûr le danseur.

Petite précision, mais cela a son importance : ce spectacle n'a pas été créé à la mort de Jackson mais en 2006. Inutile donc de crier à la récupération commerciale.  Créé à Londres, le spectacle faisait donc escale à Paris cette semaine, pour quelques représentations seulement.

Voilà pour le contexte. Venons-en au spectacle : époustouflant tout simplement (ou comme l'a dit, un peu moins élégament, mon voisin de strapontin "Putain, ça envoie !"). Dix danseurs et danseuses de haut niveau(avec une parité parfaite)  et six chanteurs. Car c'est là que réside selon moins la réussite du spectacle : avoir d'entrée de jeu admis qu'une seule et même personne ne pourrait pas faire aussi bien que la King of pop, vocalement et chorégraphiquement. Quatre hommes, une femme et un enfant (pour la période Jackson 5) se succèdent donc au micro, en fonction du style et de la tonalité de la chanson. Le tout sur un rythme effreiné (comment font les danseurs pour changer de costumes aussi vite et enchaîner les chansons sans être essouflés ?)

Tous les hits y sont (coup de coeur personnel pour "the way you make me feel") et, c'est assez rare pour être souligné, la musique est jouée en live par un orchestre dissimulé derrière un écran géant. Seul bémol : l'ensemble du spectacle est en V.O, y compris les speaches entre les chansons. Difficile pour certains de suivre et difficile aussi pour les chanteurs d'entrer en interaction avec le public.

Malgré tout, l'ambiance prend. Le spectacle est aussi dans la salle : les fans sont au rendez-vous et enchainent les chorégraphie face à la scène. Dans ces conditions, il devient vite impossible de rester sagement assis sur son fauteuil. Quelque chose comme à vous démanger.  Alors on se met debout et on se surprend à danser entre les sièges. C'est inéluctable : ce soir-là, par la force des choses, je suis devenue pour quelques heures une fan de Michael Jackson.

Les commentaires sont fermés.