23 octobre 2014

"Camille, Camille, Camille" de Sophie Jabès / Marie Montegani / Théâtre du Lucernaire

"Pourquoi me clouer au silence ?"

 Visuel 8 © D. Ceccato.jpg
Photo © D. Ceccato

C'est une plongée au cœur dans l'âme de Camille Claudel que nous proposent Sophie Jabès (pour le texte) et Marie Montagani (adaptation et mise en scène) au Lucernaire. Loin de se limiter à ce que l'on connait de la biographie de la sculptrice, les deux femmes nous livrent ses pensées les plus profondes dans un spectacle poignant intitulé Camille, Camille, Camille.

Les trois Camille du titre ne sont bien sûr qu'une seule et même personne, représentée aux trois âgés de sa vie, par trois comédiennes différentes présentes sur scène simultanément. Il y a d'abord Camille au seuil de sa mort (Clémentine Yelnik), vieillarde enfermée depuis trente ans. On la dit folle ? Ses souvenirs semblent de prime abord clairs. Il y ensuite Camille la quadragénaire (Nathalie Boutefeu), sur le point d'être internée. Une femme pleine d'amertume contre celui qui l'a laissée, Rodin. Un fiel qui la ronge, la pousse à détruire ses oeuvres, la fait sombrer. Et puis il y a Camille la pétillante, pleine de vie et de jeunesse (Vanessa Fonte), magnifique, sur le point de succomber aux avances de son maître. Trois instants clefs de la vie d'une femme. Trois instants qui nous font ressentir tous ses doutes, ses douleurs, ses questionnements intérieurs sur la difficile articulation entre sa passion pour la sculpture, son amour pour Rodin et le jugement de sa famille.

 Visuel 3 © D. Ceccato.JPG
Photo © D. Ceccato

Dans une demi-obscurité, les monologues se succèdent avant que les trois Camille ne dialoguent par delà le temps, par delà la raison, comme une expression de la schizophrénie du personnage. "Si jeunesse savait ..." dit l'adage. Alors Camille la vieillarde va tenter de mettre en garde la bouillonnante jeune fille : ne pas succomber à Rodin, fuir loin pour rester soi-même, ne pas se perdre, ne pas se faire voler son œuvre. Mais la vieillarde n'est pas dupe :  "je sais qu'on ne remonte pas le temps" conclut-elle, attendant la mort comme une délivrance.

Distribution parfaite : chacune des trois comédiennes se fond dans la peau du personnage à des âges différents. A fleur de peau, chacune à leur manière, elles insufflent la folie, la passion à ce texte déjà criant de douleur. Une introspection particulièrement réussie et un spectacle que l'on n'hésite pas à vous recommander.

Camille, Camille, Camille de Sophie Jabès, adaptation scénique et mise en scène Marie Montegani. Avec Vanessa Fonte, Nathalie Boutefeu, Clémentine Yelnik. Au Théâtre du Lucernaire, du mardi au samedi à 18h30, jusqu'au 22 novembre 2014 (relâche le 28 octobre). Durée : 1h.

06 octobre 2014

L'Affaire de la Rue de Lourcine de Labiche / Yann Dacosta / TOP - Boulogne

"Ne soyez pas prompts à nous condamner,
Et pesez bien tout dans votre justice."

 l'affaire de la rue de lourcine,eugene labiche,yann dacosta,jean-pascal abribat,pierre delmotte,pauline denize,pablo elcoq,helene francisci,benjamin guillard,guillaume marquet,top,boulogne,théâtre de l'ouest parisien,théâte,critique,avis,blog

Humour et noirceur : voilà les deux mots qui résumeraient le mieux L'Affaire de la rue de Lourcine, pièce en un acte d'Eugène Labiche, actuellement présentée au Théâtre de l'Ouest parisien à Boulogne, dans une mise en scène de Yann Dacosta.

C'est l'histoire d'un lendemain de fête. Un lendemain plus que difficile, de ceux où l'on a l'impression de se lever avec les cheveux qui poussent à l'intérieur du crâne et où la soirée de la veille reste floue ... très floue. Lenglumé, grand bourgeois parisien, se réveille au lendemain de cette nouba totalement déboussolé et découvre un autre homme dans son lit. Compagnon de débauche, l'intrus, un dénommé Mistingue, ne se rappelle pas plus les détails de la soirée. Un parapluie et un mouchoir perdu, quelques morceaux de charbon au fond des poches : voilà les seuls indices dont disposent nos deux pochtrons. Des indices qui, à la lecture d'un morceau de journal froissé, laissent à penser qu'ils ont commis la veille un meurtre.

l'affaire de la rue de lourcine,eugene labiche,yann dacosta,jean-pascal abribat,pierre delmotte,pauline denize,pablo elcoq,helene francisci,benjamin guillard,guillaume marquet,top,boulogne,théâtre de l'ouest parisien,théâte,critique,avis,blogPhoto :  Julie Rodenbour

Il y a beaucoup d'humour dans le texte de Labiche. Beaucoup de noirceur aussi. Même l'heureux dénouement et l'innocence de Mistingue et Lenglumé créent le malaise : ces deux-là se sont montrés sous leur vrai jour, prêts à tout pour camoufler leur crime, et ont dévoilé la laideur de leur âme. Un aspect renforcé par la mise en scène de Yann Dacosta et la scénographie de Fabien Persil et William Defresne. Loin de l'intérieur bourgeois fin 19e auquel on pouvait s'attendre, on se retrouve dans une chambre au décor étrange - des portes capitonnées de noir, un lit rond aux draps noirs - à mi-chemin entre l'esthétique porno-kitsch et le manoir de la famille Adams ... 

Guillaume Marquet(récompensé par un Molière pour son rôle dans Le Dindon mis en scène par Philippe Adrien) et Benjamin Guillard sont magistraux dans les deux rôles principaux. Il y a dans leur duo quelque chose de Laurel et Hardy. Le reste de la distribution est également d'un excellent niveau et les interludes musicaux fonctionnent à merveille. Un spectacle que l'on n'hésite donc pas à vous recommander ! Après cette création au TOP à Boulogne, la pièce fera une longue tournée avec six semaines d'étapes au Théâtre 13 à Paris (en janvier - février). Pas d'excuses donc ... 

L'Affaire de la Rue de Lourcine de Eugène Labiche, mise en scène Yann Dacosta. Avec Jean-Pascal Abribat, Pierre Delmotte, Pauline Denize, Pablo Elcoq, Helene Francisci, Benjamin Guillard et Guillaume Marquet. Au Théâtre de l'Ouest Parisien à Boulogne, jusqu'au 12 octobre 2014, du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16 heures. Réservations au 01 46 03 60 44. Durée 1h15

En tournée :
- du 30 octobre au 2 novembre 2014 : Théâtre de l’île – Nouméa (Nouvelle-Calédonie)
- 7 novembre 2014 : L’archipel 
– Granville (50)
- 14 novembre 2014 : Théâtre des Sources – Fontenay aux Roses (92)
- 27 au 29 novembre 2014 
: Le Trident – Scène Nationale de Cherbourg (50)
- 5 décembre 2014 : L’Éclat Pont – Audemer (27)
-  9 décembre 2014 : : Quai des Arts - Argentan (61)  
- 12 décembre 2014 : Théâtre Municipal de Fontainebleau (77)
- 17 au 20 dé
cembre 2014: TAPS Scala – Strasbourg (67)
- 6 janvier au 15 février  2014:  Théâtre 13 Paris (75)
- 2 avril 2014
: Théâtre Roger Barat – Herblay (95)
- 9 et 10 avril 2014 : La Gallia Théâtre – Saintes (17)
- 21 avril 2014: Le Rive Gauche 
– Saint-Etienne du Rouvray (76)
- 19 mai 2014 : Théâtre des Chalands – Val-de-Rueil (27)

02 octobre 2014

La Comédie Italienne lutte toujours pour survivre : lancement d'une souscription

L'événement avait attristé tous les amoureux du théâtre et de la culture en général : le 26 décembre dernier, Attilio Maggiulli, fondateur et directeur de la Comédie Italienne, pris à la gorge par les créances, était frappé d'un coup de folie et fonçait sur les grilles de l'Elysée. Je vous avais alors longuement parlé de ce théâtre et des difficultés qu'il rencontrait.

comédie italienne,rue de la gaité,théâtre,paris, commedia dell'arte,

Neuf mois plus tard, où en est-on ? La Comédie Italienne lutte toujours pour sa survie. Ce petit théâtre, avec sa jolie façade rue de la Gaité dans le 14e arrondissement, défend la commedia dell'arte depuis 1974. Aujourd'hui, une souscription est lancée sur le site de financement participatif ulule afin de financer la saison 2014 / 2015 et les deux spectacles programmés (Le Jardin Des Amours Enchantés de Goldoni et Les Grincheux Chez Molière, spectacle dédié à un public scolaire).

"Nos fournisseurs, qui depuis longtemps ont confiance en notre honnêteté, nous permettent de démarrer dans un mois la première de ces deux pièces Le Jardin Des Amours Enchantées d'après Goldoni. Mais cette confiance est néanmoins limitée dans le temps et la poursuite du spectacle durant le reste de la saison est conditionnée à la réussite de cette collecte. L'argent récolté servira entre autres à payer les charges du théâtre, les salaires et charges sociales mais également à financer l'entretien de la salle et des loges. En outre, cet argent servira à financer les nouveaux décors, les masques ainsi que l'entretien des costumes. Enfin, il sera utilisé pour la formation de jeunes comédiens car notre théâtre a vocation à former les jeunes générations aux techniques du jeu théâtral de la commedia dell'arte" explique la troupe sur le site dédié à cette collecte.

Pour participer, rendez-vous sur la page consacrée à la collecte. Sachez, en outre, que vous bénéficierez d'une réduction fiscale de l'impôt sur le revenu égale à 66% du montant de votre don, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

En ce début du mois d'octobre, moins de 20% de la somme a pour l'instant été collectée, la souscription se poursuit jusqu'au 8 novembre prochain.