Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 janvier 2015

"Anna Christie" de Eugène O'Neill / Jean-Louis Martinelli / Théâtre de l'Atelier

anna christie,eugene o'neill,theatre de l'atelier,jean-louis martinelli,mélanie thierry,stanley weber,féodor atkine,charlotte maury-sentier,theatre,critique,avis,blogPrès d'un an après son départ du théâtre des Amandiers à Nanterre - théâtre dont il assurait la direction depuis plus de dix années - Jean-Louis Martinelli signe au Théâtre de l'Atelier la mise en scène d'Anna Christie d'Eugène O'Neill. Une pièce magnifique s'appuyant sur un texte poignant (brillamment adapté par Jean-Claude Carrière) et une distribution parfaite.

L'histoire se déroule dans les années 20. Anna Christie est une jeune fille en perdition. Après la mort de sa mère, son père, marin au long cours, l'a confiée à des cousins fermiers. Cela fait 15 ans qu'il ne l'a vue et ignore la réalité de sa vie. La jeune femme a quitté la ferme, tenté de survivre par ses propres moyens, est tombée dans la prostitution. Au bord du précipice, elle vient trouver refuge auprès du vieux loup de mer qui l'embarque sur son charbonnier. Une nouvelle vie débute pour Anna jusqu'au jour où monte à bord Matt Burke, un marin irlandais, victime d'un naufrage. Le jeune homme tombe vite sous le charme d'Anna et lui fait la cour, sous le regard désapprobateur du père. Anna elle, voudrait trouver dans cet amour une rédemption mais ne peut se résoudre à raconter aux deux hommes son passé.

Immortalisée sur grand écran par Greta Garbo - ce fut d'ailleurs son premier rôle parlant - Anna Christie est ici merveilleusement incarnée par Mélanie Thierry. Une jeune femme, fragile et forte à la fois, personnage complexe et attachant au discours féministe. Face à elle, deux hommes charismatiques : Stanley Weber (Matt Burk), géant au regard d'acier qui se fait tout petit devant cette poupée qu'il pourrait pourtant briser d'une seule main, et Feodor Atkine (Chris Christofferson, le père d'Anna), parfait dans le rôle du marin bourru. N'oublions pas dans cette distribution Charlotte Maury-Sentier, tenancière au grand coeur qui sera la confidente du père puis de la fille dans les scènes de présentation.

Jean-Louis Martinelli propose une mise en scène très sobre. Un décor à peine esquissé, des nappes de brouillard pour nous entrainer en mer avec les personnages : cette épure sert au mieux le texte et l'interprétation, faisant de cette Anna Christie un spectacle que l'on vous recommande sans aucune réserve.

Anna Christie de Eugène O'Neill, adaptation Jean-Claude Carrière, mise en scène Jean-Louis Martinelli. Avec Mélanie Thierry, Stanley Weber, Féodor Atkine, Charlotte Maury-Sentier. Au Théâtre de l'Atelier, du mardi au samedi à 21h, matinées le samedi à 16h30, le dimanche à 15h30. Réservations au 01 46 06 49 24. Durée : 1H40.

21 janvier 2015

"Le Révizor" de Gogol / Paula Giusti / La Tempête

 "Des personnages inénarrables."

 Le révizor@Dominique Vallès.jpg
Photo : Dominique Vallès

La Russie du XIXe siècle, ses rouages administratifs et la folie qui en découle : voilà le coeur de l'intrigue du Révizor ou l'Inspecteur du gouvernement de Gogol, actuellement à l'affiche au Théâtre de la Tempête, dans une mise en scène de Paula Giusti.

Dans une bourgade russe reculée, le bourgmestre et les autres notables coulent une vie paisible. Mais l'annonce de l'arrivée d'un contrôleur en provenance de la  capitale les plongent tous dans une incontrôlable panique. Ce "révizor", en mettant le nez dans leurs affaires, risque de découvrir leurs petites magouilles quotidiennes. Seule solution : tenter d'amadouer le fonctionnaire mandaté par le tsar, quitte à lui verser quelques pots de vin. Dans leur précipitation, les notables du bourg se méprennent ... et vont combler de soins un voyageur sans le sou.



Le Révizor @Dominique Vallès.jpgPhoto : Dominique Vallès

Paula Giusti propose une version de la pièce tirant vers la farce. Postiches et faux nez sont de mise, poussant jusqu'à l'extrême la caricature de chaque personnage, du juge au responsable de la poste en passant par le plus caricatural de tous : le bourgmestre, magistralement interprété par Laura Pagès.

Pour redoubler l'effet de cette fable, la metteuse en scène transforme le pseudo révizor en marionnette, manipulée par le saltimbanque Ossip. La méprise des élites du village et leur attitude obséquieuse semblent ainsi encore plus grotesques. Au départ du moins car il y a dans la manipulation de ce pantin une telle habileté que l'on oublie nous aussi qu'il ne s'agit que d'un morceau de bois. Tout comme le bourgmestre et ses sbires, on se laisse duper par ses récits de grandeur. Les huit comédiens, accompagnés d'un musicien, ne ménagent pas leur énergie,  2h10 durant, pour nous narrer cette histoire rocambolesque dont on regrettera seulement quelques longueurs.

Le Révizor ou L'Inspecteur du gouvernement de Nicolas Gogol, adaptation et mise en scène Paula Giusti, texte français André Markowicz. avec Dominique Cattani, Florent Chapellière, Mathieu Coblentz, Larissa Cholomova, Sonia Enquin, Laure Pagès, André Mubarack, Florian Westerhoff. Au Théatre de la Tempête jusqu'au 15 février 2015, du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h. Réservations au 01 43 28 36 36.
Durée du spectacle 2h10.

En tournée :
L’Archipel de Fouesnant le 5 mars 2015
Théâtre des Bergeries - Noisy-le-Sec le 13 mars 2015
Théâtre des Sources - Fontenay-aux-Roses le 21 mars 2015
Théâtre Romain Rolland de Villejuif du 31 mars au 4 avril 2015
Théâtre de Saumur le 9 avril 2015
Le Sémaphore - Cébazat le 12 mai 2015

27 décembre 2014

L'Affaire de la Rue de Lourcine de Labiche / Yann Dacosta / Reprise au Théâtre 13

"Ne soyez pas prompts à nous condamner,
Et pesez bien tout dans votre justice."

 l'affaire de la rue de lourcine,eugene labiche,yann dacosta,jean-pascal abribat,pierre delmotte,pauline denize,pablo elcoq,helene francisci,benjamin guillard,guillaume marquet,top,boulogne,théâtre de l'ouest parisien,théâte,critique,avis,blog

Humour et noirceur : voilà les deux mots qui résumeraient le mieux L'Affaire de la rue de Lourcine, pièce en un acte d'Eugène Labiche. Après quelques représentations au TOP à Boulogne à l'automne, la pièce, mise en scène par Yann Dacosta, s'installe dès le 6 janvier au Théâtre 13.

C'est l'histoire d'un lendemain de fête. Un lendemain plus que difficile, de ceux où l'on a l'impression de se lever avec les cheveux qui poussent à l'intérieur du crâne et où la soirée de la veille reste floue ... très floue. Lenglumé, grand bourgeois parisien, se réveille au lendemain de cette nouba totalement déboussolé et découvre un autre homme dans son lit. Compagnon de débauche, l'intrus, un dénommé Mistingue, ne se rappelle pas plus les détails de la soirée. Un parapluie et un mouchoir perdu, quelques morceaux de charbon au fond des poches : voilà les seuls indices dont disposent nos deux pochtrons. Des indices qui, à la lecture d'un morceau de journal froissé, laissent à penser qu'ils ont commis la veille un meurtre.

l'affaire de la rue de lourcine,eugene labiche,yann dacosta,jean-pascal abribat,pierre delmotte,pauline denize,pablo elcoq,helene francisci,benjamin guillard,guillaume marquet,top,boulogne,théâtre de l'ouest parisien,théâte,critique,avis,blogPhoto :  Julie Rodenbour

Il y a beaucoup d'humour dans le texte de Labiche. Beaucoup de noirceur aussi. Même l'heureux dénouement et l'innocence de Mistingue et Lenglumé créent le malaise : ces deux-là se sont montrés sous leur vrai jour, prêts à tout pour camoufler leur crime, et ont dévoilé la laideur de leur âme. Un aspect renforcé par la mise en scène de Yann Dacosta et la scénographie de Fabien Persil et William Defresne. Loin de l'intérieur bourgeois fin 19e auquel on pouvait s'attendre, on se retrouve dans une chambre au décor étrange - des portes capitonnées de noir, un lit rond aux draps noirs - à mi-chemin entre l'esthétique porno-kitsch et le manoir de la famille Adams ... 

Guillaume Marquet(récompensé par un Molière pour son rôle dans Le Dindon mis en scène par Philippe Adrien) et Benjamin Guillard sont magistraux dans les deux rôles principaux. Il y a dans leur duo quelque chose de Laurel et Hardy. Le reste de la distribution est également d'un excellent niveau et les interludes musicaux fonctionnent à merveille. Un spectacle que l'on n'hésite donc pas à vous recommander ! Après cette création au TOP à Boulogne, la pièce fera une longue tournée avec six semaines d'étapes au Théâtre 13 à Paris (en janvier - février). Pas d'excuses donc ... 

L'Affaire de la Rue de Lourcine de Eugène Labiche, mise en scène Yann Dacosta. Avec Jean-Pascal Abribat, Pierre Delmotte, Pauline Denize, Pablo Elcoq, Helene Francisci, Benjamin Guillard et Guillaume Marquet. 
Au Théâtre de l'Ouest Parisien à Boulogne, jusqu'au 12 octobre 2014, du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16 heures. Réservations au 01 46 03 60 44.
Au Théâtre 13 (Paris 13e), du 6 janvier au 15 février  2015, mardi, jeudi et samedi à 19h30, mercredi et vendredi à 20h30, dimanche à 15h30.  Durée 1h15

En tournée :
- du 30 octobre au 2 novembre 2014 : Théâtre de l’île – Nouméa (Nouvelle-Calédonie)
- 7 novembre 2014 : L’archipel 
– Granville (50)
- 14 novembre 2014 : Théâtre des Sources – Fontenay aux Roses (92)
- 27 au 29 novembre 2014 
: Le Trident – Scène Nationale de Cherbourg (50)
- 5 décembre 2014 : L’Éclat Pont – Audemer (27)
-  9 décembre 2014 : : Quai des Arts - Argentan (61)  
- 12 décembre 2014 : Théâtre Municipal de Fontainebleau (77)
- 17 au 20 dé
cembre 2014: TAPS Scala – Strasbourg (67)
- 2 avril 2015
: Théâtre Roger Barat – Herblay (95)
- 9 et 10 avril 2015 : La Gallia Théâtre – Saintes (17)
- 21 avril 2015: Le Rive Gauche 
– Saint-Etienne du Rouvray (76)
- 19 mai 2015 : Théâtre des Chalands – Val-de-Rueil (27)